Saison 2021- 2022 Comment nous joindre?

La nouvelle saison maraîchère a commencé en octobre 2021, quelques places sont encore vacantes.

Venez nous voir et vous renseigner lors des prochaines réunions d’accueil :

le mardi 22 mars à 19h30 au Foyer de Grenelle

Vous pouvez aussi nous contacter et poser vos questions par courriel : amapelementterre@laposte.net

Si vous voulez de bons légumes, de bons poulets, de bons pains, de bons fruits, tous bio, frais et locaux; si vous voulez soutenir des petits paysans de la région, rejoignez l’AMAP Élément Terre!

Comme une AMAP, c’est bien plus qu’un panier, pour tout savoir sur la nôtre, pour poser vos questions, venez à la prochaine réunion d’accueil, nous vous présenterons notre association, nos partenaires paysans, le centre social qui nous héberge et le réseau des AMAP.

Notre actuelle saison d’engagement pour le contrat maraîcher a débuté en octobre.  Une part de récolte de notre maraîchère Mélanie coûte 16,50€, un poulet de Cindy et Nathan coûte 9,80€ le kilo et un pain d’un kilo d’Olivier 6€. La souscription (le paiement à l’avance) peut être payée par un ou plusieurs chèques. 

Chaque contrat de producteur est indépendant et différent.

Lieu et horaire habituel de distribution
La distribution a lieu chaque mardi de 19h30 à 20h30, dans la salle A1 du Foyer de Grenelle au 17 rue de l’Avre 75015 Paris.

Les AMAPiennes et AMAPiens sont tenus à des engagements :

  • adhérer à AMAP Elément Terre: 33€ qui correspondent à la location de la salle, la cotisation au Réseau AMAP Ile-de-France et au Mouvement Interégionnal des AMAP, l’assurance, l’hébergement du site internet…
  • Se tenir informé de la vie de l’association et s’y impliquer à la mesure de ses disponibilités et compétences, en intégrant un cercle (distribution, communication, producteurs, administratif et financier, animation …)
  • payer l’intégralité du ou des contrats choisis à la signature
  • assurer la distribution des légumes et autres produits au moins quatre fois par an
  • effectuer une visite dans l’année de chaque ferme

D’autres contrats que les contrats maraîcher, aviculteur, pain, fruits sont et seront proposés aux amapien·ne·s d’Élément Terre au fur et à mesure de son développement.

Adhérer à une AMAP, c’est aussi renforcer les liens entre agriculture et alimentation,

Renforcer la confiance et la compréhension entre paysans et mangeurs par une connaissance accrue du monde agricole. Modifier nos habitudes alimentaires et culinaires par la consommation de produits bio, locaux et de saison. Retrouver les saveurs des légumes qui poussent à un rythme et dans des conditions naturelles et réduire les risques d’obésité par l’éducation à une alimentation saine. Modifier plus largement nos habitudes: gaspillage, énergie, déchets, déplacements … Tentez l’aventure avec nous!

Notre lieu de livraison, le Foyer de Grenelle, est un centre social. Créé à la fin du XIXe siècle par un pasteur protestant écossais, il est aujourd’hui géré par la Mission Populaire Evangélique et par les fonds de la Caisse d’Allocations Familiales.

capture ecran foyer grenelle

logo

Communiqués de nos partenaires autour de l’agriculture, de l’écologie

19/04/18 – Évaluation des pesticides : un nouveau rapport montre comment l’industrie édicte ses propres règles :

https://www.generations-futures.fr/actualites/evaluation-pesticides-rapport/

🐔 Les poulets et les oeufs

Cindy Béghin et Nathan Cochin

La Ferme de Beauce à Gouillons (28)

Cindy et Nathan ont créé la Ferme de Beauce en sortant du lycée agricole sur 4 hectares de terres cédées par le père de Nathan, céréalier en agriculture conventionnelle. Ils ont choisi de s’installer en agriculture biologique et de travailler dans le respect de la condition animale.

IMG_1540

Les poulaillers des poulets de chair sont répartis en huit enclos. Au milieu de chacun une cabane en bois abrite les nids, les mangeoires, abreuvoirs et perchoirs. Un enclos reste vide, par rotation, pour permettre le «vide sanitaire» annuel : le nettoyage de chaque poulailler.

Pondeuses 1

Un hangar en bois construit par Cindy et Nathan contient les réserves, les couveuses, la tuerie, un abri pour le matériel et leur maison.

IMG_1772
Le hangar en cours de construction en 2017

Un deuxième hangar a été construit en 2019 pour abriter leurs 2000 poules pondeuses.

La ferme a évolué pour leur permettre de se dégager un revenu décent et pour répondre aux demandes locales grandissantes. Ils approvisionnent maintenant, en plus de leurs cinq AMAP locales et parisiennes, des hôtels, restaurants, boulangeries, un magasin de producteurs à Paris et un magasin local.

Nous savons d’où viennent nos œufs et nos poulets, la façon dont ils vivent et comment ils sont nourris. Notre AMAP accompagne le couple depuis son installation et nous sommes fiers de les soutenir et de les voir évoluer.

Les animaux sont nourris avec les céréales bio achetées près de chez eux, à La Ferme biologique de la Basse cour. Des arbres fruitiers bio ont été plantés dès le début pour améliorer le sol beauceron de la ferme et procurer de l’ombre aux animaux.

Choix de l’autonomie de la ferme et bonnes pratiques

A terme, les aviculteurs vont produire eux-mêmes la nourriture des poules en produisant des céréales bio. Ils abattent eux-mêmes leurs poulets qu’ils gardent 110-120 jours, la norme bio étant de minimum 81 jours.

IMG_20170408_110130

coqs sussex tricolores

L’organisme certificateur Certipaq bio, atteste chaque année que le cahier des charges en agriculture biologique est respecté.

Certification bio par Certipaq

Pour connaître un peu mieux Cindy et Nathan de La Ferme de Beauce, leur interview réalisée le 20/01/2021

Quel a été le déclic qui vous a poussés à vous installer à Gouillons et à créer la Ferme de Beauce ?
Gouillons, parce que c’est là que l’on habitait, la famille est proche et c’est un environnement que l’on connaît bien. Le monde agricole, c’est un milieu que l’on connaît, car le père de Nathan exploite des terres sur Gouillons. Au départ, nous faisions de l’élevage de cailles pour nous faire plaisir. Puis, à force d’en donner aux amis, nous avons eu de plus en plus de volailles (y compris poulets, poules) et nous avons
décidé d’en faire notre métier. Nous nous sommes installés en 2016 après deux ans de travaux sur un terrain de 4 hectares appartenant au père de Nathan. Ces années de travaux ont permis de construire les bâtiments nécessaires pour assurer la production : des hangars, des silos pour stocker la nourriture, des poulaillers en kits, un laboratoire pour la transformation de la viande…

Combien d’AMAP livrez-vous aujourd’hui ?
Nous avons débuté dans le circuit AMAP grâce à Evelyne Boulogne (de l’AMAP Elément Terre) et l’AMAP Blomet Grand Près. Puis, petit à petit, nous nous sommes mis à grandir. Aujourd’hui, nous livrons 7 AMAPs sur Paris tous les mardis, ainsi que divers lieux de vente, avec lesquels nous avons pu établir des accords (fromagerie, laiterie, magasins de producteurs…). Nous avons également une boutique pour faire de la vente directe. Nous avons également agrandi le magasin, pour passer de 15m² à 50m².

Combien de volailles avez-vous aujourd’hui ?
Au départ, nous avions un bâtiment de 250 poules pondeuses. Aujourd’hui, nous avons un bâtiment pouvant accueillir 2500 poules pondeuses. Nous recevons tous les mois 800 poussins, qui ont entre un et deux jours. Nous les gardons en élevage pendant 3 à 4 mois.

Comment les nourrissez-vous ?
Les poules et les poulets sont nourris avec des céréales bios. C’est nous qui réalisons le mélange des céréales, par broyeur de 400kgs ! La nourriture est issue des fermes voisines qui produisent des céréales bio. Les poules sont nourries grâce à des distributeurs automatiques. Les poulets, eux, sont nourris manuellement. La nourriture est adaptée en fonction de l’âge des volailles, de façon à s’adapter aux besoins
des poussins et des poulets.

Comment se déroule une semaine type ?
Chaque jour, il faut assurer la distribution de l’alimentation des animaux et la récolte des œufs (cela prend 2h par jour). Deux demi-journées sont réservées pour l’abattage des animaux. La transformation de la viande, dans notre laboratoire, prend également beaucoup de temps. Avec tout ça il faut également préparer les commandes, livrer le mardi, tenir le magasin… on ne s’ennuie pas.

Avez-vous du temps pour vous ?
On essaye de lever un peu le pied le week-end… nous n’avons presque pas pris de vacances depuis notre lancement, il y a quatre ans. Mais c’est notre passion ! On ne regrette pas du tout, on savait dans quoi on se lançait et on connaissait l’investissement nécessaire. On est contents d’en être là mais on n’a pas rigolé tous les jours.

Comment avez-vous été impacté par le COVID et le premier confinement ?
Au début, il a fallu s’adapter, bien évidemment. Puis, suite à la pénurie globale en œufs, nous avons été dévalisés ! Cela nous a permis d’avoir une clientèle plus locale qui a été en grosse partie pérennisée. D’où l’agrandissement de notre magasin !

Vous arrivez à faire tout cela à deux ? Arrivez-vous à vous verser un salaire ?
Nous sommes tous les deux, mais nous sommes en ce moment aidés par le petit frère de Cindy. Nous ne sommes pas encore arrivés à nous verser un salaire du fait des gros investissements réalisés pour assurer tous les travaux. Néanmoins, nous espérons pouvoir commencer dès la fin 2021, et embaucher le frère de Cindy.

Quelles sont les prochaines étapes ? Pensez-vous refaire des cailles un jour ?
Et bien, nous avons déjà refait des cailles cet hiver ! Nous comptons en faire pour les périodes de fêtes (entre octobre et décembre). Les cailles sont plus compliquées à gérer que les poulets, car ce sont des animaux plus fragiles : il semble difficile d’envisager d’en faire toute l’année. En tout cas, nous sommes sur une bonne lancée.

🍞 Le pain bis, de petit épeautre, de méteil …

Olivier Lavielle

Fournil Le pain commun (91)

IMG_2396

Après une reconversion professionnelle, Olivier Lavielle a ouvert le Fournil Le Pain Commun à Châlo-Saint-Mars, dans l’Essonne. Son pain est local, réalisé à partir des céréales de la ferme et d’ingrédients locaux issus de l’agriculture biologique. Les farines de blé, grand épeautre et petit épeautre utilisées sont réalisées par la ferme La Petite Beauceronne (Trancrainville, Eure-et-Loir), située à 30 km de la boulangerie. Elle est obtenue en utilisant un moulin à meules de pierre de type Astrié. Cela représente environ 80% des farines utilisées. Les autres farines (seigle, sarrasin), proviennent de la coopérative BIOCER. Tous les pains sont panifiés exclusivement sur levain naturel, sans adjonction de levure. Pour visiter son site internet: www.lepaincommun.fr

Ses pains

Pain bis : farine demi-complète de blé sur levain naturel de petit épeautre.

petit_epeautre
Pain demi-complet de blé sur levain de petit épeautre

  Pain aux graines de lin : farine demi-complète de blé sur levain naturel de petit épeautre, avec graines de lin (riches en Omega 3).

demi_complet_graines
Pain aux graines de lin

Pain de petit épeautre : farine demi-complète de petit épeautre sur levain naturel de petit épeautre.
Son gluten tendre peut convenir aux intolérants.

Le pain de saison courge et miel : farine blanche de blé sur levain naturel de petit épeautre, avec courge potimarron et miel.

courge_et_miel.jpg
Pain de saison courge et miel

Tous les pains se conservent une semaine enveloppés dans un linge et à l’abri des courants d’air (idéalement boite à pain ou placard en bois).
Ils se congèlent bien (prévoir une journée de décongélation pour un pain entier, ou alors congeler en tranches) sauf le « courge et miel » dont la mie est onctueuse.

Mies
Les mies

Dans le quartier : l’AMAP Élément Terre

Des places pour la nouvelle saison maraîchère 2021/2022 dans notre AMAP. Venez nous rencontrer!

La prochaine réunion d’accueil aura lieu

le mardi 22 mars 2022 à 19h30

au Foyer de Grenelle et vous pourrez nous rencontrer et avoir tous les renseignements sur notre AMAP.

Notre association appartient au mouvement des AMAP, elle est adhérente au Réseau Ile-de-France qui participe lui-même au MIRAMAP (Mouvement Inter-régional des AMAP).

Nous avons souhaité faire une association conviviale, où tout le monde s’implique un peu, au fonctionnement horizontale et efficace.

Nous l’avons organisée selon les principes de la gouvernance partagée: toutes les tâches sont réparties dans différents cercles qui sont coordonnés par un « cercle coeur ». Dans une ambiance conviviale et de bienveillance, chaque adhérent·e met la main à la pâte. Chacun·e est intégré·e dans le cercle de son choix (relation avec les producteurs, accueil, administration et finance, communication, distribution…) où on s’implique selon les disponibilités et compétences de chacun. Tout le monde a sa place.

Les livraisons du mardi sont des moments de partage et de papotages entre nous et avec les paysans.

Les contrats avec nos producteurs débutent à des dates diverses et ont des durées différentes.

Nos contrats et commandes pour la saison  2021-2022:

  • Le contrat maraîcher de Mélanie et Fabien
  • Le contrat oeufs et poulets de Cindy et Nathan
  • Le contrat pain d’Olivier
  • Les PPAM de Sylvie et Florent
  • Les huiles d’Antoine
  • Les champignons de Sandrine et Bruno
  • Les bières de Mathieu
  • Et bientôt : Les fromages de brebis d’Agnès et Frédéric

IMG_20180922_155012

Lieux et horaires de distribution

Notre lieu de rencontre est le Foyer de Grenelle, 17 rue de l’Avre dans le 15e, près du métro La Motte-Picquet Grenelle. Les livraisons de nos producteurs s’y déroulent le mardi soir de 19h30 à 20h30.

Si vous souhaitez nous rencontrer, nous vous accueillerons et répondrons à toutes vos questions lors des réunions d’accueil.

logo