Comment nous joindre ?

Lieu et horaire des livraisons : Foyer de Grenelle, 17 rue de l’Avre dans le 15e arrondissement, près du métro La Motte-Picquet Grenelle, le mardi entre 19h30 et 20h45 .

Vous pouvez nous contacter par courriel : amapelementterre@laposte.net

Venez surtout nous rencontrer aux soirées d’accueil et d’information que nous organisons sur le lieu de livraison. Comme nous sommes maintenant au complet, nous en ferons une en janvier 2019 pour celles et ceux qui souhaitent être sur notre liste d’attente (en cas de départ d’un·e adhérent·e) ou d’intermittents (achat de part de récolte ponctuel)

La prochaine a lieu début avril 2019

de 19h30 à 20h30

Vous pouvez aussi venir nous rencontrer lors des livraisons.

Notre lieu de livraison, le Foyer de Grenelle, est un centre social, crée à la fin du 19e siècle par un pasteur protestant écossais. Il est actuellement géré par la Mission Populaire Evangélique et par les fonds de la Caisse d’Allocations Familiales.

capture ecran foyer grenelle

logo


Partager :

Communiqués de nos partenaires: La Confédération paysanne, Générations futures, Reporterre …

Retrouvez des articles et des communiqués de presse autour de l’agriculture citoyenne, de l’écologie et de l’alimentation.

19/04/18 – Évaluation des pesticides : un nouveau rapport montre comment l’industrie édicte ses propres règles :

https://www.generations-futures.fr/actualites/evaluation-pesticides-rapport/

13/04/18 – Quelques images de la zad avant sa destruction partielle cette semaine : https://www.youtube.com/watch?v=f04PFWcr63Q

Je n’étais jamais venue sur la ZAD,  collaboration entre des habitant-es de la zad, le réalisateur Leo Leibovici et l ‘actrice Lizzie Brochere, un petit film qui nous invite à un voyage intime à travers le territoire libéré de la zad, à la recherche d’espoir en ces temps tourmentés, réalisé pour appeler toutes et tous à venir à la grande mobilisation du 10 février 2018, pour enraciner l’avenir à Notre-Dame-des-Landes.

11/04/18 – Notre-Dame-des-Landes : nos tracteurs pour un retour au calme.

La Confédération paysanne demande instamment l’arrêt de l’intervention

11.04.2018 L’intervention policière débutée lundi à Notre-Dame-des-Landes, censée permettre la réouverture de la RD 281, est devenue une opération de destruction massive de projets agricoles et de lieux de vie, à l’image de la démolition des « 100 Noms », lieu emblématique de cette Zone Agricole en Développement.Le dialogue et les engagements pris de part et d’autre depuis l’annonce de l’abandon du projet d’aéroport sont aujourd’hui réduits à néant avec ces destructions qui trahissent la parole de l’État qui a choisi une issue policière.
Le fait que la préfète de Loire-Atlantique refuse de prendre en compte les projets collectifs qui avaient commencé à s’engager dans un processus de reconnaissance et exige qu’ils soient portés nominativement est inacceptable. Il sert surtout à justifier les destructions en cours.

Les autorités ont refusé la main tendue hier par des habitants de la ZAD de se mettre autour d’une table, avec comme préalable l’arrêt des opérations policières. Le Gouvernement doit aujourd’hui l’accepter pour obtenir un retour au calme. Sinon, il prend le risque que l’escalade de la violence constatée hier, avec des blessés de part et d’autre, ne conduise à un drame.

La Confédération paysanne demande instamment l’arrêt de l’intervention pour permettre une reprise du dialogue et assurer l’avenir. Elle appelle les paysannes et paysans à converger aujourd’hui massivement en tracteur vers Notre-Dame-des-Landes.

 11 / 01 / 2018 – Communiqué de presse de La Confédération paysanne

Laits contaminés : Reprenons en main la chaîne alimentaire

Après la série de scandales sanitaires et frauduleux, la contamination de laits infantiles dans l’usine Lactalis de Craon touche les consommateurs les plus vulnérables que sont les nourrissons.

Jusqu’où va-t-on laisser faire ? Cette affaire a démontré la défaillance du système de contrôles sanitaires internes de l’industriel.

La responsabilité de cette situation s’étend aussi à l’Etat qui doit cesser de diminuer les moyens humains et financiers de contrôle de l’industrie agroalimentaire et ne pas se contenter de jouer le rôle de gendarme a posteriori !

Comme si cela ne suffisait pas, on découvre que la grande distribution n’a pas retiré la totalité des lots incriminés.

Les acteurs de l’industrie agro-alimentaire et de la distribution sont incapables d’assurer aux consommateurs une alimentation sûre, tracée et de qualité. Cette chaîne alimentaire sur-industrialisée, hyper segmentée et financiarisée engendre de l’opacité aux dépens des consommateurs et des paysans.

Aujourd’hui, beaucoup d’efforts sont exigés des paysans qui garantissent la traçabilité totale de leurs produits. Mais une fois sortis de la ferme, cette traçabilité s’évanouit dans le système industriel malgré l’exigence légitime des consommateurs.

Cette nouvelle affaire est la preuve que nous avons besoin que la loi issue des Etats généraux de l’alimentation soit ambitieuse. Elle doit redonner à l’Etat son rôle d’arbitre tant pour le revenu paysan que pour la protection des consommateurs.

 

16 /11/ 2017 – Communiqué du de la Confédération Paysanne

Les Préparations Naturelles Peu Préoccupantes (PNPP) ,

Les PNPP, véritables alternatives aux Pesticides du domaine public, hors la loi: la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) veut les retirer des magasins.

Si un scandale sanitaire de grande ampleur concernant les pesticides ne pointait pas son nez, la rengaine que l’on nous sert au ministère de l’agriculture «il n’y a pas d’alternatives aux pesticides» porterait à rire.
Récemment des contrôles par les DDPP (directions départementales de la protection des populations) dans des magasins Botanic de Saint Etienne et de Villeneuve-lès-Avignon demandent le retrait des rayons des «Purins de Consoude». La consoude est une plante qui se mange en beignets. Le savon noir est aussi visé par le contrôle. (voir document joint avec ce communiqué).
Cela fait onze ans que la guerre de l’ortie a éclaté suite à l’interdiction de ce qu’on appelait à l’époque les Alternatives Naturelles aux Pesticides du Domaine Public dont le célèbre « purin d’ortie». Ces alternatives largement utilisées dans les villes, les jardins et les champs sont encore pour la plupart interdites malgré les promesses des gouvernements successifs de les autoriser.
De fait, les paysan.ne.s utilisateurs et les collectivités locales sont lourdement impactés pour protéger leurs cultures et les espaces publics.
Il ne tient qu’au ministre de l’agriculture de faire en sorte que ces alternatives soient enfin autorisées. La loi d’Avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt (LAAF du 13 octobre 2014) complétée par l’arrêté du 27 avril 2016 lui permet une ouverture très rapide.

Nous demandons l’autorisation immédiate de toutes les plantes et partie de plantes utilisées dans l’alimentation humaine et animale ainsi que les substances d’origines minérales et animales comme le précise la loi. Paysan.ne.s, collectivités, individus, etc doivent pouvoir fabriquer et utiliser des PNPP (purins, des tisanes, des décoctions, etc…) dans la légalité !

La transition à tout prix, Solagro: http://revue-sesame-inra.fr/la-transition-a-tout-prix/


Partager :

Les poulets et les oeufs

Cindy Béghin et Nathan Cochin

La Ferme de Beauce à Gouillons (28)

Ils ont construit leurs bâtiments eux-mêmes.

Cindy et Nathan ont crée la Ferme de Beauce pour installer leur élevage de poules pondeuses et de poulets de chair biologiques. Quatre hectares, huit basses-cours avec 30 m2 par poule, un hangar de 15m de long. Ils ont fait le choix de l’agriculture biologique et du respect de la condition animale. Leur exploitation est suivie l’organisme certificateur Certipaq bio, qui atteste chaque année que le cahier des charges de l’agriculture biologique est respecté.

IMG_1540

Installé sur quatre hectares, le poulailler est divisé en huit enclos. Au milieu de chacun une cabane en bois abrite les nids, les mangeoires, abreuvoirs et perchoirs. Certains enclos sont destinés aux poules pondeuses, d’autres aux poulets de chair. Un enclos reste vide, par rotation, pour permettre le «vide sanitaire» annuel : le nettoyage de chaque poulailler.

Pondeuses 1

 

A l’entrée du terrain, un hangar en bois contient les réserves, les couveuses, la tuerie, un abri pour le matériel.

 

IMG_1772
Le hangar en cours de construction

Le domaine offre un espace de 30m2 par poule. Les animaux sont nourris avec les céréales bio achetées près de chez eux, à La Ferme biologique de la Basse cour. Des arbres fruitiers bio ont été plantés pour améliorer les sols et procurer de l’ombre aux volailles.

Choix de l’autonomie de la ferme et bonnes pratiques

A terme, les aviculteurs vont produire eux-mêmes la nourriture des poules en produisant des céréales bio. Ils abattent eux-mêmes leurs poulets qu’ils gardent 110-120 jours, la norme bio étant de minimum 81 jours. Ils ont choisi une race mixte, « la Sussex fermière ». Les poules vivront plus longtemps que dans un élevage classique puisqu’elles seront déplacées pendant le vide sanitaire annuel, ce qui permet de les garder au moment où elles sont les plus productives. Nul besoin de s’en séparer au bout d’un an.

IMG_20170408_110130

Cindy et Nathan ont effectué leurs études au Centre de formation agricole de Bellegarde dans le Loiret.

Des poules partout… Chez Cindy et Nathan, vous trouvez des poules partout. Dans leur cour, se trouve un enclos où paradent des poules wyandotte, des naines de Pékin ou des Sussex tricolores… Les cailles, trop fragiles pour être en plein champ, sont dans un grand poulailler.

 

coqs sussex tricolores

Certification bio par Certipaq

Pour le moment, il n’y a plus assez d’oeufs à la Ferme de Beauce pour faire de nouveaux contrats oeufs. Par contre il y a toujours assez de poulets pour faire des contrats poulets.


Partager :

Pour une agriculture paysanne et citoyenne

Le réseau AMAP Ile-de-France, pour favoriser l’appropriation des enjeux agricoles et alimentaires par tous les amapien·ne·s organise avec Terre de liens des formations gratuites pour tous les adhérents. Voici le résumé de l’une d’elles.

Agriculture conventionnelle, biologique, paysanne, comment s’y retrouver ?

par Jacques Caplat, agronome

L’agriculture conventionnelle

L’agriculture conventionnelle est un modèle, actuellement dominant, qui fait «convention ». Il est né dans les plaines du Moyen-Orient il y a 4000 ans et s’est adapté dans les vastes plaines d’Europe et d’Amérique du nord, au climat tempéré assez régulier. Il se caractérise par une ” culture pure ”  ( sans association ) de variétés standardisées dans un grand espace qui se prête assez bien à la culture intensive des céréales et à la mécanisation. C’est après la Seconde Guerre Mondiale qu’une super-structure agro-industrio-chimique, voulue par les industriels et les gouvernements pour nourrir l’Europe dévastée, s’est mise en place en Europe : les variétés sont sélectionnées en laboratoire sur le critère de leur rendement ( et non des autres critères : qualité, adaptation au climat, besoin en eau, résistance aux maladies …) et inscrites dans un catalogue officiel garantissant les qualités vantées … et les profits des semenciers industriels. Ces variétés ne sont rentables que plantées dans des sols qui ressemblent à ceux des laboratoires : il faut donc adapter le sol aux plantes avec des engrais spécifiques, arroser abondamment et comme les plantes sont fragiles, il faut les protéger avec des pesticides contre les insectes, les micro-champignons et les bactéries qui se trouvent naturellement dans les champs et les bois.

Et les humains dans tout ça ? Les paysans sont devenus des « exploitants agricoles » des sous-traitants de l’industrie agro-alimentaire, premières victimes, parfois consentantes de ce système. Ils sont dépendants d’un système bancaire qui les pousse à s’endetter et des subventions européennes, soumis aux aléas des spéculations mondiales sur les produits agricoles, enfermés dans un mode de production qu’on leur présente comme ” sans alternative », souvent victimes des pesticides qu’ils utilisent. Les consommateurs ont des choix alimentaires limités par les grandes multinationales agro-alimentaires et la grande distribution, ils subissent la pollution de l’air et des eaux, payent les « réparations » ( dénitrification des eaux souterraines, soins des malades…).

Les limites de l’agriculture conventionnelle sont passées sous silence: elle est en échec dans ses applications dans les milieux instables, non tempérés, aux sols fragiles, donc dans les trois quarts de la planète; elle est responsable de 11 à 15% du total des émissions des gaz à effet de serre produits dans le monde (de 44 % à 57% pour le système alimentaire industriel); elle est responsable de la destruction des sols et de la perte d’autonomie du monde paysan menant aux tragédies que l’on connait (suicide des paysans en Inde, en Europe…)

Ce modèle agricole conventionnel est désormais dans l’impasse, il est obsolète et dangereux pour les équilibres humains et écologiques. Le contexte a changé avec le réchauffement climatique, les modifications sociales, économiques et scientifiques de ces dernières décennies. Les crises sanitaires se multiplient.

Il est temps de changer d’agriculture !

L’agriculture biologique

 

L’agriculture biologique a des pères fondateurs qui ont posé les bases d’un mouvement et mené des expérimentations locales: Steiner (1924), Pfeiffer (1938), Howard, Hans et Maria Müller, Fufuoka, Mollison et Homgren … Vers 1972, des paysans et des usagers se regroupent et rédigent le premier cahier des charges qui aboutira à la création en France de la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique (FNAB). Plusieurs marques et labels plus ou moins exigeants apparaissent. En 2007, une charte et un logo européen sont créés, moins précis, par exemple, que le label Demeter de l’agriculture biodynamique, le plus exigeant.

La démarche systémique de l’agriculture biologique est moderne, savante et diversifiée. Il s’agit de constituer un « organisme agricole » reliant l’écosystème (sol, arbres, murets, mares, haies …) à l’agrosystème (plantes et animaux mis en place par le paysan) et à la société humaine alentour.

Quelques principes de base :

  • le sol est un milieu vivant dont il faut prendre soin, il vaut mieux travailler avec lui que contre lui (compost, labour de surface, vie bactérienne…). Le renouvellement de la fertilité du sol par l’apport d’azote, de phosphore et de potassium est effectué par les plantes
  • la photosynthèse permet aux plantes de grandir, il faut donc l’optimiser en ne laissant aucune surface de sol nu entre les rangs plantés
  • les cultures associées sont la clé du rendement ainsi que la complémentarité culture-élevage
  • la protection sanitaire mutuelle des cultures et le respect des animaux auxiliaires, la valorisation des arbres
  • une gestion responsable des ressources non renouvelables : un sol vivant abrite une mycorhize, véritable réseau qui pompe l’eau profonde et absorbe les minéraux de la roche-mère et les font remonter
  • l’utilisation de semences paysannes et des variétés adaptées au milieu et évolutives. De plus, elle valorise la main-d’œuvre et reconnait les savoirs paysans, permet de renouer les liens avec la société et rend aux paysans la maitrise de l’économie agricole.

L’agriculture biologique est-elle performante pour nourrir l’humanité ?

OUI. Croire  que seule l’agriculture conventionnelle peut nourrir la planète est un mythe dangereux basé sur des erreurs agronomiques, des idées reçues, une inertie économique favorable aux multinationales … et les intérêts financiers de certains (que dire quand les présidents de la FNSEA, principal syndicat agricole, sont aussi présidents du conseil d’administration du groupe agro-chimico-industriel international AVRIL !!!)
Des agronomes et de nombreuses études ont démontré que l’agriculture biologique peut nourrir sans difficulté 9 à 12 milliards d’humains sans qu’il soit nécessaire de défricher un seul hectare supplémentaire. Une autre agriculture est possible et souhaitable.

 

Tout n’est pas parfait dans l’agriculture biologique.
Le bio intensif en monoculture, le bio qui vient de loin voire du bout de la planète, le bio qui pousse sous serre chauffée, le pseudo bio hors-sol ou sur substrat, les produits récoltés avant leur maturité ne respectent pas les bases agronomiques de l’agriculture biologique et/ou ne sont pas écologiques (coût écologique du transport et de l’énergie dépensée).
Et l’agriculture raisonnée dans tout ça ?
Supercherie ! Le principe est de moins polluer pour polluer plus longtemps. Le système engrais/semences ou plantes fragiles/pesticide n’est pas remis en question.
Plus d’info sur le site de la FNAB: http://www.fnab.org

L’agriculture paysanne

Suffit-il de produire et de manger bio pour être quitte avec la qualité de vie des paysans, dans des filières agricoles et commerciales verticales qui pressurent le travail des agriculteurs ? Suffit-il de supprimer la chimie dans les champs pour avoir une agriculture durable ?

 L’agriculture paysanne est une approche de l’agriculture développée par les paysan·ne·s de la Confédération paysanne et de la FADEAR pour permettre à des paysan·ne·s, nombreux, de vivre de leur métier de façon durable et de produire pour nourrir leurs concitoyens. L’agriculture paysanne s’organise autour de 6 thèmes interdépendants : l’autonomie, la répartition, le travail avec la nature, le développement local, la qualité, la transmissibilité.

FADEAR : Fédération des Associations pour l’Emploi Agricole et Rural

Développer l’AUTONOMIE des fermes, c’est :

  • rester maître des décisions à prendre sur sa ferme
  • limiter les achats en semences et en aliments pour les animaux, préférer les produire soi même et valoriser les ressources locales
  • limiter la dépendance aux énergies fossiles dont le prix ne fait que monter et qui pollue
  • maîtriser son endettement et sa dépendance aux aides

RÉPARTIR équitablement les volumes de production, c’est :

  • dégager un revenu suffisant sur une surface et des tailles d’ateliers raisonnables pour permettre à d’autres paysans de travailler
  • mieux valoriser ses produits
  • améliorer sa marge nette par unité produite en limitant la capitalisation, en réduisant ses intrants etc

Le travail avec la nature est essentiel, la NATURE est le principal capital des paysan·ne·s, il faut travailler avec elle et non contre elle :

  • maintenir la fertilité des sols sur le long terme
  • privilégier la biodiversité domestique et la mixité des productions
  • préserver les ressources naturelles et les partager de manière équitable

Le·la paysan·ne est un·e ACTEUR·TRICE LOCAL·E dynamique, il·elle doit :

  • entrer dans un réseau local de partage agricole
  • ouvrir sa ferme régulièrement au public
  • s’investir dans la vie citoyenne

Développer la QUALITÉ et le GOUT des productions agricoles, c’est :

  • produire de façon transparente pour le consommateur
  • respecter les cycles naturels et le bien-être animal
  • apprécier sa propre production pour mieux la vendre
  • choisir un label qui nous correspond

Permettre aux paysan·ne·s de TRANSMETTRE leurs fermes aux nouvelles générations, c’est :

  • limiter les agrandissements et les investissements qui seraient trop lourds pour que la ferme soit reprise
  • sécuriser son foncier
  • intégrer son temps de travail dans le coût de production pour assurer la viabilité de la ferme et ne pas décourager des volontés d’installation
  • rendre la ferme agréable à vivre et s’inscrire dans un réseau de solidarités.

Alors faites connaitre autour de vous le système des AMAP, des vraies AMAP qui respectent l’esprit de la Charte des AMAP.

Plus d’info sur le site des FADEAR: http://www.agriculturepaysanne.org

Les consommateurs mangeurs que nous sommes, par le choix de ce que nous mettons dans nos assiettes, nous avons un grand rôle à jouer, nous avons le pouvoir :

  • d’orienter l’agriculture vers l’agroécologie en favorisant les produits bio, en vente directe, locaux et de saison, les filières éthiques …
  • de généraliser ce modèle pour offrir à de nombreux jeunes ou moins jeunes la possibilité de s’installer en bio avec la garantie que leurs produits arrivent dans des assiettes locales à un juste prix

Nous, amapiens et amapiennes, devenons des consommateur·trice·s citoyen·ne·s ! Aidons à généraliser le système des AMAP, faisons connaitre autour de nous ses principes pour aider au développement de l’agriculture paysanne.

 Sources:
– Formation du Réseau AMAP Ile-de-France et Terres de lien, animée par Jacques Caplat, agronome.
Changeons d’agriculture – réussir la transition  de Jacques Caplat Edition Actes Sud.

Partager :

Le pain bis, de petit épeautre, de metheil …

Olivier Lavielle

Fournil Le pain commun (28)

Il veut devenir paysan-meunier-boulanger.

Olivier Lavielle est en reconversion professionnelle, une aspiration qui s’est développée après être entré dans une AMAP parisienne il y a quelques années…

Cette année 2018, Olivier est salarié à temps partiel sur la ferme céréalière bio La Basse Cour, située à Gommerville à 20 minutes d’Étampes. Il suit en alternance une formation au Centre de formation professionnelle et de promotion agricole pour adultes (CFPPA) de Montmorot dans le Jura afin d’acquérir les connaissances et la capacité agricole nécessaires à sa future installation.

Le projet d’Olivier est de reprendre dans quelques années la Ferme de la Basse-cour et d’y développer à plusieurs l’activité de transformation des céréales en farine et en pain. Il a créé le fournil Le Pain Commun en janvier 2018 afin de démarrer l’activité de transformation en pain.

Son pain est 100% local, réalisé à partir des céréales de la ferme et d’ingrédients locaux issus de l’agriculture biologique. Son pain est travaillé sur levain naturel, avec une eau purifiée et une fermentation de six heures minimum. Celle-ci assure un développement des arômes, une meilleure assimilation par le corps et une longue conservation.

Ses pains

Pain bis : farine demi-complète de blé sur levain naturel de petit épeautre.

petit_epeautre
Pain demi-complet de blé sur levain de petit épeautre

  Pain aux graines de lin : farine demi-complète de blé sur levain naturel de petit épeautre, avec graines de lin (riches en Omega 3).

demi_complet_graines
Pain aux graines de lin

Pain de petit épeautre : farine demi-complète de petit épeautre sur levain naturel de petit épeautre.
Son gluten tendre peut convenir aux intolérants.

Le pain de saison courge et miel : farine blanche de blé sur levain naturel de petit épeautre, avec courge potimarron et miel.

courge_et_miel.jpg
Pain de saison courge et miel

Tous les pains se conservent une semaine enveloppés dans un linge et à l’abri des courants d’air (idéalement boite à pain ou placard en bois).
Ils se congèlent bien (prévoir une journée de décongélation pour un pain entier, ou alors congeler en tranches) sauf le “courge et miel” dont la mie est onctueuse.

Mies
Les mies

IMG_2396IMG_2393

Fournil 3IMG_2388Four 2

 


Partager :